Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de MarcM

Le blog de MarcM

Généalogie Ardennaise et Franc Comtoise . Patronymes Maillot , Sonet , Gossery , Rousseau etc...


Ponthieu : un lieu , une histoire ,une famille....

Publié par MarcM sur 4 Novembre 2010, 18:16pm

Catégories : #Lieux

                                     Ponthieu 
Où ?
80-somme

Surtout porté dans le département du Nord, le nom s'écrit aussi Pontieu, Pontieux, Ponthieux. Il désigne celui qui est originaire du Ponthieu, région de Picardie située entre l'Authie et la Somme, ancien comté qui fut rattaché à la France en 1477, après avoir appartenu à l'Angleterre et à la Bourgogne
1 - Ponthieu

Le Ponthieu est le nom d'un ancien comté français, dont la capitale était Abbeville et la principale place forte Montreuil-sur-Mer.
La zone autour de Ponthieu, qui s'étendait sur les environs de la Canche dans le nord, de la Somme dans le sud, a été conquise par Arnoul  I comte de Flandre en [940]. Elle s'est développée en un comté en début du 11e siècle, territoire qui a été accordée par Hugues Capet "roi de France à Hugues, avocat de Saint-Riquier, qui avait épousé la fille du roi quelque temps dans les années 980. Les comtes sont les vassaux des rois capétiens.
Le comté a été hérité par la famille normande de Bellême / Montgommery dans la fin du 11ème siècle, et par la famille des comtes de Dammartin au début des années 1220. Un héritage disputé qui entraînat le passage du comté sous contôle Anglais en 1281.
C'est aujourd'hui un « pays » au sens de la loi du 4 février 1995. Il est compris approximativement entre la Somme et l'Authie et bordé à l'ouest par le Marquenterre. Il comprend les cantons de Crécy-en-Ponthieu, Nouvion-en-Ponthieu et Ailly-le-Haut-Clocher...
2 - Histoire de Ponthieu

Ancien pays de France, de chef-lieu Abbeville, compris entre les cours de la Somme et de la Canche.
Les débuts du comté de Ponthieu ne sont pas formellement attestés. Il semblerait que pour défendre la Picardie contre les vikings, les rois des Francs successeurs de Charlemagne aient créé une marche autour d'Abbeville, dont Angilbert aurait été l'un des premiers bénéficiaires. Le marquis chargé de ce commandement administrerait le Ponthieu et pour disposer de revenus suffisant pour financer des troupes, eut la charge d'avoué de Saint-Riquier. Après Angilbert et son fils Nithard, le Ponthieu fut attribué aux Welfs, puis à la maison de Montreuil, dont les membres prirent le titre de comte de Montreuil. Les Robertiens l'annexèrent dans la seconde moitié du Xe siècle, et Hugues Capet le donna en fief à un de ses gendres, le chevalier Hugues Ier de Ponthieu. Le fils de ce dernier Enguerrand Ier, ne prit le titre de comte de Ponthieu qu'en 1024, après avoir tué le comte de Boulogne et épousé sa veuve.
Le comté passe ensuite à la famille de Montgommery, puis à celle des Dammartin, aux rois de Castille et aux Plantagenêts. En 1336, au début de la guerre de Cent Ans, Philippe VI de Valois le confisque à Édouard III d'Angleterre, son fils Jean II le Bon le rend en 1360 par le traité de Brétigny et Charles V le reconquiert en 1369. Il est ensuite donné en apanage à plusieurs nobles.
3 - Maison de Ponthieu


La famille apparaît avec Hugues Ier de Ponthieu, mort le 4 juillet 1000, chevalier et fidèle d'Hugues Capet, à qui ce dernier donna la main de sa fille Gisèle, puis la châtellenie d'Abbeville, des terres en Ponthieu et les charges d'avoué de Saint-Riquier et de Forest-Moutier.
La famille d'Hugues n'est pas connue. On peut cependant remarquer que, dès 984 et peut-être même avant 980, un Enguerrand vivait à l'abbaye de Saint-Riquier comme moine, puis comme abbé, de 1017 à 1045. Cet Enguerrand avait un frère nommé Guy qui était abbé de Forest. Or ces prénoms d'Enguerrand et de Guy se retrouvent fréquemment dans la descendance d'Hugues, ce qui semble montrer que les deux abbés Enguerrand et Guy pourraient être frères d'Hugues. Le prénom Enguerrand étant particulièrement répandu dans le nord de la France, on en déduit une originaire locale. Peut-être descendent-ils des deux Enguerrand, comtes de Hainaut et fidèles des rois de Francie Occidentale.
Enguerrand Ier, le fils aîné d'Hugues Ier, tua le comte Baudouin II de Boulogne et en épousa la veuve, Adélaïde de Frise. Pour ne pas être d'un statut inférieur à sa femme, il prit alors le titre de comte de Ponthieu, qu'il transmit à ses descendants, bien que n'étant pas issus d'Adélaïde. A la fin de sa vie, et pour ne pas être victime d'une politique d'alliance entre ses voisins le duc de Normandie et le comte de Flandre, il se rapprocha de la Normandie. Son frère Guy, abbé de Saint-Riquier, serait selon certains auteurs du XIXe la tige de la maison d'Abbeville, sans toutefois que les études récentes aient permis de le confirmer.
Son fils Hugues II, seigneur d'Aumale par mariage, continua cette politique d'alliance avec le normand, mariant son fils aîné Enguerrand avec une soeur de Guillaume le Conquérant et sa fille avec Guillaume d'Arques, oncle du conquérant.
Mais la révolte de Guillaume d'Arques contre son neveu plaça Enguerrand II dans une position délicate, obligé de choisir un camp et de soutenir l'un de ses beaux-frères contre l'autre. Il choisit Guillaume d'Arques et fut tué en 1053 pendant un affrontement. Pour le venger, son frère Guy Ier s'allia aux ennemis du duc et fut capturé à la bataille de Mortemer. Retenu prisonnier à Bayeux pendant deux ans, il fut obliger de renoncer à Aumale et de se reconnaitre le vassal de la Normandie pour le comté de Ponthieu.
Guy eut un fils, Enguerrand et plusieurs filles. Après la mort d'Enguerrand, survenue vers 1080, Guillaume le Conquérant décida de resserrer les liens entre le Ponthieu et la Normandie en négociant le mariage d'Agnès de Ponthieu, fille et héritière de Guy Ier avec un de ses fidèles, Robert II de Bellême.
Les croisades
- PONTHIEU (DE) Guy II, comte, se croisa avec Louis le Jeune, et mourut de maladie en 1147 à Éphèse. Il y fut enterré dans l’église. ” En la cité de Éphèse, un des barons de France qui estoit moult bons chevaliers, li quens Guiz de Pontif, accoucha malade et fu morz, enterré fu en une des eles de la mestre yglise. ” (Guillaume de Tyr, liv. XVI, p. 746.) Musée de Versailles. Jean, comte, tué au siége de Ptolémaïs en 1191. (P. Anselme, t. l, p. 301.) Guillaume II, comte, prend part à la croisade contre les Albigeois, en 1210. (P. Anselme, t. III, p. 302.) D’or à trois bandes d’azur.
SAINT-RIQUIER (DE) Robert, chevalier. Sur sa demande et sur celle de Raoul de Visme, de Hugues Le Ver et de Guy de Noyelles, Jean, comte de Ponthieu, garantit l’emprunt de 200 livres tournois fait à Salvaggio Testa, Génois, par les croisés de la commune d’Abbeville, au camp, devant St-Jean-d’Acre, juin 1191, (Louandre, Hist. d’Abbeville, t. I, p. 140, d’après l’orig. comm. par M. Guessard.)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents